Un peu d’histoire…

Par 11 juillet 2016 Divers 8 943 Commentaires
course-antiquite

Les premières courses attelées en France ont eu lieu il y a longtemps, en Gaule dans les cirques romains. En effet, si l’’art de la guerre nous enseigne que nos valeureux ancêtres n’étaient pas versés sur l’’utilisation du cheval, il n’’en était pas de même pour les envahisseurs romains qui eux possédaient des chars de combats bien utilisés face aux troupes d’Hannibal ou des pharaons.

Une reconstitution au Puy du Fou

Une reconstitution au Puy du Fou

C’’est donc Rome qui a introduit chez nous cette pratique qui avait lieu lors des jeux du cirque et était alors un divertissement fort apprécié avec une réelle connotation religieuse. C’était également l’occasion de montrer, à l’’instar des combats, des animaux exotiques ramenés de lointaines contrées. Grâce aux légions, les européens purent s’’émerveiller de la beauté et de la rapidité des étalons orientaux. C’’était également, à Rome, l’occasion pour les quatre « factiones », les quatre quartier de la ville de voir s’’affronter leurs couleurs le blanc, le rouge, le bleu et le vert.

Sur une piste oblongue, entourée de gradins, le sol était fait de plusieurs couches de matériaux durs et ensuite recouvert de sable. En son centre, se trouvait un muret infranchissable appelé spina et décoré de statues. D’’ailleurs, les chevaux de Saint Marc à Venise faisaient partie de la statuaire de l’’hippodrome de Constantinople…. Imaginez un peu combien ce devait être somptueux !

Les chevaux de Saint-Marc

Les chevaux de Saint-Marc

Une journée de courses, donnait à voir 20 à 24 courses entrecoupées d’’interludes divers. Chaque épreuve se déroulait sur 7 tours de piste soit un peu plus de 7 kilomètres, dans le sens inverse des aiguilles d’’une montre où tous les coups étaient permis entre les cochers. Des courses dangereuses donc pour les hommes et les chevaux, reflet de la cruauté inhérente aux spectacles donnés lors des jeux du cirque, et payées en or pour les vainqueurs. Les attelages de se composaient de 1, 2, 3, 4 et jusqu’’à 6 chevaux… que des cochers professionnels devaient lancer sur la piste dès que la « mappa » était jetée à terre par l’’organisateur du haut de son siège.

Le spectacle devait atteindre des proportions vraiment extraordinaires, à vous glacer autant qu’’à vous exciter.

8 943 Commentaires